Revivre

 

C'est vraiment ça, le mot : REVIVRE

Le dimanche, jour où je devais retrouver mon doudou après 1 mois, j'ai été complètement exécrable avec le chéri.

Lui insistait pour passer son temps sous la couette avec moi. Pour lui, c'était un jour normal, voire un peu déprimant parce que le mini homme de ma vie allait venir prendre sa place à mes côtés. Du coup, il est resté planté sur le canapé devant sa chaîne Equidia à regarder ses courses de chevaux teeeeellement passionnantes...En plant...

Moi je tournais en rond comme un lion en cage, préparant le retour de mon fils avec une énergie de Dingue. La tornade, c'était moi !

"écoute, j'ai plein de trucs à faire là !"

Les courses, le nettoyage de sa chambre à fond, sortir ses jouets, changer les draps du lit etc.

J'avais envie d'être seule avec mon impatience. 

Et non pas devoir faire la conversation avec un mec qui ne pense qu'à son...hum.

J'étais en mode maman poule puissance 1000. 

Je regardais mon téléphone toutes les 10mn pour être sûre que je n'avais pas raté une information capitale sur l'heure d'arrivée de mon petit amour. 

Et le chéri, lui...Essayait de trouver 1001 astuces pour assouvir ses envies.

  1. Une sieste ? "non, non, je suis pas fatiguée" (et puis je sais ce qu'il sous-entend par-là), donc j'esquive.
  2. Viens t'allonger contre moi sur le canapé !? "nooooon, j'ai pas envie de m'allonger (bordel de mer.. il va me foutre la paix oui ???)".

Je n'avais pas envie, point barre. Il n'était plus ma priorité. J'avais d'autres préoccupations en tête.

Et puis tout ce temps passé sous le même toit n'a pas joué en sa faveur. Plus les jours passaient, plus je lui trouvait des défauts réellement insupportables, mais bref, ça je vous le raconterai plus tard (prochain article #57 en cours d'écriture intitulé : non-oui-non).

A 19h, lassé de me voir tournoyer, tourmentée et se sentant délaissé, il m'annonce qu'il va rentrer chez lui car je ne lui ai quasiment pas adressé la parole de toute la journée.

(eh ben c'est pas trop tôt !!!)

Cruel mais vrai, il m'a énervée plus qu'autre chose avec ses demandes incessantes d'attention, alors qu'il savait très bien que je mourrai d'impatience de retrouver mon loulou, eh bien non, lui, comme d'hab, pensait au plaisir de sa petite personne.

Parfois, certaines personnes comprennent vite lorsqu'elles doivent s'éclipser. Lui, non.

La lumière ne s'est pas allumée dans sa tête et il a tenté jusqu'au bout d'obtenir ce qu'il voulait, malgré mon comportement qui faisait bien comprendre que là, il fallait me (foutre la paix)laisser seule.

Visiblement, l'analyse comportementale n'étant pas son fort, la prochaine fois je dirai clairement les choses, même si cela doit lui faire de la peine. Parce que au final, je lui en ai fait quand même en l'ignorant toute la journée. Et moi de mon côté, plus les heures passaient, plus il m'agaçait. Donc, vraiment, cela n'a pas joué en sa faveur ! 

Il est donc rentré chez lui.

J'ai également poussé un soupir de soulagement.

 

22h

J'entends la voiture du père de mon fils se garer. Mon coeur battait la chamade. Ca y est, j'allais retrouver la chair de ma chair !!!!

Tout était prêt.

La porte s'ouvre et mon fils se jette dans mes bras !

Soulagement, il m'aime toujours, il s'est souvenu qu'il avait une mère (oui, oui j'en ai douté...).

"Mamaaaaaaan !!!!"

"Doudouuuuuuuu !!!"

Oh que c'est beau...Son odeur de bébé, ses petites mains, son petit corps...Je l'aime tellement. Il m'a tellement manqué.

Je l'ai trouvé grandi. Sa voix a changé aussi. Il est archi bronzé.

J'écourte la conversation avec son père en le remerciant pour la carte postale que je n'ai jamais eue (alors que j'avais demandé à mon fils de lui en écrire une lors de nos vacances). Puis je ferme la porte.

Je ne quitte plus mon fils. Nous partons au lit, il dormira avec moi, parce que là, c'était pas possible autrement lol !!

J'avais posé une semaine de congés pour la rentrée des classes, donc pendant ce temps-là, j'ai été à 300% avec lui.

Au programme, séance de cinéma (l'Age de Glace), avec pop-corn, Oasis..., repas chez ma mère, repas chez mon père, barbecue, basket, sorties plage, restaurant, trotinette, achat de jouets, confection de gâteaux, pizza, photos au Photomaton...Je l'ai pourri-gâté...Et profité à fond.

2016-08-29 102016-08-30 17

2016-08-31 172016-09-03 20

Je l'ai également fait pleurer un peu car j'avais besoin de lui expliquer certaines choses.

Il me semblait nécessaire de lui avouer mes sentiments et lui dire que 1 mois sans le voir était vraiment trop long, que moi je ne l'avais pas oublié, et que j'aurais aimé qu'il demande à me parler de temps en temps. Car les rares fois (2 au total) où je l'ai eu au téléphone, il ne m'avait parlé que 30s chrono. Je lui ai expliqué qu'il m'avait beaucoup manqué, et que j'avais beaucoup pensé à lui.

Il fallait que je lui dise. Il a 5 ans, il est en âge de comprendre ce genre de sentiment. Et comprendre aussi que ce n'est pas parce qu'on est avec papa, que l'on doit oublier maman. 

Car la semaine où je l'ai eu avec moi en vacances sur la Côte d'Azur, j'ai tout fait pour qu'il continue de penser à son père : photos chaque jour, carte postale, petits souvenirs etc.

Moi, en 1 mois : 2 appels brefs et nada màs.

Ca, c'est fait. 

Nous avons passé une semaine formidable, après ce petit réajustement. Une semaine pleine d'amour, de câlins et de tendres moments de complicité.

Il a vite retrouvé ses repères chez moi. Ca m'a fait un bien fou de le retrouver, le voir surgir dans le salon tout ébouriffé à son réveil, l'entendre m'appeler dans la nuit, le regarder dormir, ressortir ses assiettes Cars et ses petits couverts...Tous ces petits riens qui paraissent sans importance. J'en avais besoin. Un besoin vital même. 

Ouf. J'ai retrouvé mon fils.